Profil

  • Kraboutchu
  • Enseignante dans le secondaire, je cherche à partager ma passion pour la mythologie grecque. Ce blog cherche à contribuer au savoir des jeunes gens qui étudient ceci en 6e et pour les curieux de nature.

Bonne visite.
  • Enseignante dans le secondaire, je cherche à partager ma passion pour la mythologie grecque. Ce blog cherche à contribuer au savoir des jeunes gens qui étudient ceci en 6e et pour les curieux de nature. Bonne visite.

Recherche

Articles Récents

22 septembre 2006 5 22 /09 /septembre /2006 20:51

Selon les Pélasges, la déesse Athéna naquit près du lac Tritonis, en Libye, où elle fut trouvée et nourrie par les trois nymphes de Libye qui se vêtent de peau de chèvre. Jeune fille, elle tua par accident sa compagne de jeux Pallas, alors qu’elles combattaient amicalement avec la lance et le bouclier ; en signe de douleur, elle plaça le nom de Pallas avant le sien. Venant en Grèce par la Crète, elle vécut d’abord dans la ville d’Athènes près du fleuve béotien Triton.

 

 

 

Notes :

 

 

 

1.      Platon identifiait Athéna, patronne d’Athènes, avec la déesse libyenne Neith, qui appartenait à une époque où la paternité n’était pas reconnue. Neith avait un temple à Saïs où Solon était bien traité uniquement parce qu’il était Athénien (Platon : Timée 5). Les prêtresses vierges de Neith s’affrontaient tous les ans dans des combats armés (Hérodote : IV. 180), apparemment pour la fonction de Grande-prêtresse. Le récit que fait Apollodore (III. 12.3) du combat entre Athéna et Pallas est une version patriarcale tardive. Il dit qu’Athéna, née de Zeus et élevée par le dieu-Fleuve Triton, tua accidentellement sa sœur de lait Pallas, fille du fleuve Triton, parce que Zeus interposa son égide au moment où Pallas était sur le point de frapper Athéna, détournant ainsi son attention. Quant à l’égide, c’était un sac magique en peau de chèvre qui contenait un serpent et était bien protégé par un masque de Gorgone. Il appartenait à Athéna bien avant que Zeus se proclamât son père. Des tabliers en peau de chèvre constituaient le costume habituel des jeunes filles libyennes et Pallas signifie simplement « jeune fille » ou « jeune homme ». Hérodote écrit (IV.189) : «  Le vêtement et l’égide d’Athéna furent empruntés par les Grecs aux femmes libyennes qui sont habillées exactement comme elles, excepté que leurs robes en cuir ont des franges faites de lanières et non de serpents. » Les jeunes filles éthiopiennes portent encore ce costume, qui est parfois orné de cauris, symbole yonique. Hérodote ajoute ici que les cris de triomphe, ololu, ololu, poussés en l’honneur d’Athéna (Iliade VI.297-301), étaient d’origine libyenne. Tritone signifie « la troisième reine », c’est à dire l’aînée des membres de la triade –  mère de la jeune fille qui combattit contre Pallas et de la nymphe qu’elle devint ensuite – exactement comme Coré-Perséphone était fille de Déméter. (Nous présenterons bien sûr, les déesses Perséphone et Déméter dans de prochaines études qui leur seront consacrées : le rôle de Déméter sur l’Olympe, l’enlèvement de Perséphone par Hadès…).

 

 

 

2.      Parmi les personnages mythiques portant le nom de Pallas, se trouve le Titan qui épousa le fleuve Styx et, par elle, devint le père de Zelos (« zèle »), Cratos (« puissance », Bia (« Force ») et Nikè (« Victoire ») (Hésiode : Théogonie 376 et 383 ; Pausanias : VII.26.5 ; Apollodore : 2.2-4) ; il constituait peut-être une allégorie du dauphin pélopien consacré à la déesse-Lune. Homère appelle un autre Pallas « le père de la lune » (Hymne homérique à Hermès, 100). Un troisième Pallas fut le père des cinquante Pallantides, ennemis de Thésée, qui semblent avoir été en guerre contre les prêtresses d’Athéna. D’un quatrième Pallas, on avait fait le père d’Athéna.

 

 

 

A ce propos, certains Hellènes disent qu’Athéna avait un père du nom de Pallas, géant ailé à corps de bouc, qui par la suite essaya de l’outrager, et qu’elle ajouta son nom au sien après lui avoir arraché la peau pour s’en faire son égide et les ailes pour s’en couvrir les épaules ; à moins que l’égide n’ait été la peau de la Gorgone Méduse, qu’elle écorcha après que Persée lui eut coupé la tête. (Tzetzès : Lycophron) et (Euripide : Ion 995)

 

D’autres disent que son père était un certain Itonos, roi d’Iton en Phtiotide, et qu’elle tua sa fille Iodama accidentellement en lui faisant voir la tête de la Gorgone qui la changea en pierre, parce qu’elle avait pénétré sans permission sur son territoire la nuit. ( Pausanias : IX.34.I.)

 

D’autres encore disent que Poséidon était son père, mais qu’elle le renia et demanda à être adoptée par Zeus ; et que celui-ci l’adopta avec plaisir. (Hérodote : IV.180.)

 

 

 

Mais les prêtres d’Athéna elle-même racontent l’histoire suivante au sujet de sa naissance. Zeus convoitait Métis, la Titanide, qui se métamorphosait constamment pour lui échapper jusqu’à ce qu’elle fut prise et rendue enceinte. Un oracle de la Terre-Mère (Gaia) déclara alors que l’enfant serait une fille et que si Métis enfantait de nouveau, le fils qu’elle porterait détrônerait Zeus, de la même manière que Zeus avait lui-même détrôné Cronos et que Cronos avait détrôné Ouranos. C’est pourquoi après avoir entraîné Métis vers sa couche avec de douces paroles, Zeus ouvrit brusquement la bouche et l’avala, et ce fut la fin de Métis, bien qu’il affirmât par la suite qu’elle lui donnait des conseils de l’intérieur de son ventre. Au bout d’un certain temps, un jour, se promenant sur les rives du lac Triton, il fut pris d’un mal de tête si violent qu’il lui sembla que son crâne allait éclater et se mit à pousser de tels cris que le firmament entier lui fit écho. Hermès arriva en courant ; il avait immédiatement deviné la cause des douleurs de Zeus. Il persuada Héphaïstos, ou, selon certains, Prométhée, de prendre son coin et son maillet et de faire une brèche dans le crâne de Zeus, d’où, poussant un cri puissant, jaillit Athéna tout armée. (Hésiode : Théogonie 886-900 ; Pindare : Olympiques VII.34.ss. ; Apollodore : I.3.6.)

 

 

 

Notes :

 

 

 

1.      J.E. Harrison considère avec raison que la légende d’Athéna née sous la tête de Zeus « est une ruse désespérée de la théologie pour se soustraire aux lois matriarcales ». C’est également un moyen de souligner que la sagesse est une prérogative masculine. Jusqu’alors, seule la déesse possédait la sagesse. Hésiode a réussi en fait à concilier trois conceptions tout à fait différentes dans sa légende :

 

§                    Athéna, la déesse de la cité des Athéniens, était la fille, née par parthénogenèse, de l’immortelle Métis, Titanide du  quatrième jour et de la planète Mercure qui présidait à la sagesse et à toutes les connaissances.

 

§                    Zeus absorba Métis mais ne perdit pas pour autant la sagesse (i.e. les Achéens supprimèrent le culte des Titans et conférèrent toute la sagesse à leur dieu Zeus).

 

§                    Athéna était la fille de Zeus (i.e. les Achéens insistèrent pour que les Athéniens reconnaissent la suprématie patriarcale de Zeus).

 

Il s’est inspiré de trois exemplaires analogues pour l’agencement de son mythe : Zeus poursuivant Némésis ; Cronos avalant ses enfants, garçons et filles ; la seconde naissance de Dionysos de la cuisse de Zeus ; et l’ouverture de la Terre-Mère par deux hommes armés de haches, apparemment pour délivrer Coré – comme on le voit par exemple sur une amphore à figures noires de la Bibliothèque Nationale de Paris. Athéna devient alors l’interprète docile de Zeus et supprime délibérément sa vie passée. Elle emploie des prêtres et non pas des prêtresses.

    1. Pallas, qui signifie « jeune fille », est un nom qui ne convient guère à un géant ailé dont la tentative de viol sur la personne d’Athéna a été probablement inspirée par une représentation de son mariage rituel sous l’aspect d’Athéna Laphria, avec un roi-bouc après un combat avec son rival. Cette coutume libyenne de mariage avec un bouc se répandit en Europe septentrionale et faisait partie des fêtes de Mai. Les Akans, peuple de Libye écorchaient autrefois leur roi.

       

    2. Athéna rejetant la paternité de Poséidon indique une modification du pouvoir suprême, survenue autrefois à Athènes.

       

    3. Le mythe d’Itonos (« homme-saule ») signifie que les Itoniens proclamaient qu’ils adoraient Athéna bien avant les Athéniens, et son nom démontre qu’elle avait un culte du saule en Phtiotide – comme celui de sa réplique, la déesse Anatha de Jérusalem, jusqu’au moment où les prêtres de Iahvé prirent sa place et déclarèrent que le saule faiseur de pluie était l’arbre de Iahvé à la Fête des Tabernacles.

       

    4. Il en coûtait la vie à un homme de retirer une égide – la peau de chèvre, tunique de chasteté, que portaient les jeunes filles libyennes – sans le consentement de celles qui la portaient ; d’où le masque protecteur de la Gorgone qui y était fixé et le serpent caché dans le sac de cuir. Mais comme on décrit l’égide d’Athéna comme un bouclier, se pourrait être un disque sacré, semblable à celui que contenait l’alphabet sacré de Palamède et qu’il prétend avoir inventé.

       

    5. Iodama, qui signifie probablement « jeune génisse d’Io » devait être une ancienne statue de la déesse-Lune et la légende de sa transformation en pierre est un avertissement aux jeunes filles curieuses qui tenteraient de violer le secret des Mystères.

       

    6. Ce serait une erreur de penser qu’Athéna était seulement ou surtout la déesse d’Athènes. De nombreuses acropoles anciennes lui étaient consacrées, notamment Argos (Pausanias : II. 24 .3), Sparte (Ibid. : 3. 17. 1), Troie (Iliade VI. 88), Smyrne (Strabon : IV .1 .4), Epidaure (Pausanias : II. 32 .5), Trézène (Pausanias : III. 23. 10) et Phénée (Pausanias : X. 38. 5.). Ce sont tous des lieux de peuplement préhellénique.

 

Partager cet article

commentaires

Bob 15/10/2006

Bonjour,
Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx  ! Bonne continuation !

Danielle 18/03/2008

Bonjour ! un ptit coucou ! bonne soirée ! bisous !

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog